J’ai eu le plaisir de rencontrer et photographier dernièrement Mlle. A : une jeune fille débutante dans le domaine mais, dores et déjà dotée d’un savoir faire en tant que modèle.
Vous retrouverez dans cet article un nouveau contenu concernant le nu artistique, sous une approche low-key (clair-obscur) cette fois.

Il est souvent plus difficile de faire poser des modèles débutants en raison de leur manque d’expérience pour produire des poses, des expressions ou même comprendre les attentes d’un photographes. Voilà pourquoi, c’est une agréable surprise d’avoir de temps en temps, des modèles débutants naturellement doués. Bien-sur, je ne suis pas en train de dire que l’expérience pour un modèle ne signifie pas grand-chose… Loin de là… Simplement, il y a des fois où j’aime être étonné de tout ce que peuvent apporter des débutants, d’autant plus dans ce registre plus intime qu’est le nu artistique.

D’un point de vue physique cette demoiselle se prête parfaitement à ce genre, c’est un modèle qui prend soin d’elle, mais sans trop et il en va de même pour ses formes. Vous ne verrez donc pas cette fois de corps parfait digne de Playboy. Cependant, c’est justement là tout le charme de cette demoiselle : le fait d’être naturellement jolie, bien dans sa peau et d’afficher sans complexe le bel équilibre d’éléments qui rendent son corps harmonieux.

Il nous aura fallu environ 3 heures pour réaliser cette séance, notre souhait respectif était de mettre en scène le nu sous une manière non vulgaire et partiellement dévoilée. En conséquence, nous avons choisi le low-key (clair obscur) pour jouer d’ombres et de lumières pour modeler, cacher, ou suggérer.

Cette séance à plus de signification pour moi qu’une simple séance mode/portrait, car elle tord le cou aux préjugés suivants :

  1. Les modèles débutants ne savent pas poser
  2. Le nu artistique n’est pratiqué uniquement par des modèles professionnels
  3. Seules les demoiselles au corps parfait peuvent s’illustrer d’une belle manière en nu.

 

Je n’aurai donc qu’à terminer par ceci : “Osez ! Vous serez sans doute vous-même étonnés”